Biou y toros

22 septembre 2017

CLASSEMENTS 2017 TROPHÉE TAURIN

AS AU  17 SEPTEMBRE 

 

1) ZEKRAOUI 570

2) MARIGNAN 538,5

3) CADENAS 523

4) KATIF 433,5

5)  CIACCHINI 347,5

6) BENAFITOU ILIASS 340,5

7) ERRIK 268,5

8) FAVIER 267

9) FOUR 265,5

10) ALIAGA 254

11) CHEKADE 185

12) MARTIN JÉRÔME 156

13) OUFFE 147

14) ALLAM 146

15 )MARTIN FRANÇOIS 118,5

16) AYME 110

17) BOUHARGUANE 92,5

18) POUJOL 81,5

19) RASSIR 76,5

20) DUNAN 70

21) AUZOLLE 67

22) BELGOURARI 61

23) ALLOUANI 58

24) FAURE 42

25) GROS , MARQUIS 34

27) SOLER 33,5

28) VILLARD 29

29) BRUSCHET 17

30) BENAFITOU ADIL 5

 

 

AVENIR AU 17 SEPTEMBRE

 

1) FELIX 991

2) ROBERT 796

3) DESLYS 649

4) BERNARD 587

5) GAILLARDET 553

6) PRADIER 526

7) MERIC 495

8) ZBIRI 458

9) CHARRADE 428

10) BRESSY 357

11) MARTIN Y 345

12) MICHELIER 343

13) AMERAOUI 313

14) MATEO 299

15) NAÏM 284

16) VACARESSE 268

17)  JAUBERT 249

18) EL MAHBOUB 248

19) BEN AMMAR 203

20) FOUQUE 184

21) BRUNEL 128

22) CASTELL 125

23) ORTIZ 113

24) LOPEZ 105

25)  CHAHBOUNE 91

26) ZELPHATI 88

27) MONTESINOS 66

28) LAURIER 56

29) FAVIER 43

 

TROPHEE HONNEUR AU 17 SEPTEMBRE 

 

1) MAUREL 324

2) GUYON 275

3) OUDJIT 269

4)  MOUTET 201

5) MARQUIER 156

6)  FERRIOL 144

7) VIC 118

8)  CLARION 100

9) FOUGÈRE 95

10) MARTIN-COCHER 67

11)  BENAFITOU NABIL, JOURDAN 64

13)  MOINE 62

14) MARTINEZ 49

15) GAUTIER 47

16) PINTER 45

17) SANCHIS 34

18) SANCHEZ 30

19) CANO 26

20) RICCI 25

21) ALARCON 19

22) CHIG 18

23) CAIZERGUES 16

24) GOUGEON 15

25) AROCA 14

26) RODRIGUEZ, GARCIA 11

28)  ALIAOUI 9

29) LOPEZ 7

30) MEBAREK 6

31) LAFARE 5

32) MIRALLES 4

33) ROIG, DOUVILLE, SABOT, CHARNELET 2

 

 

 

Posté par YvesBustin à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 septembre 2017

17 septembre 2017 - Marguerittes : Timoko clôture la temporada en feu d'artifice

 

20170917 - Marguerittes - DSC08233_GFCharrade et Timoko (manade Lautier). PHOTO Y. SOUTOUL

 

Il y avait peu de monde pour cette course et c'est dommage car l'affiche a tenu toutes ses promesses.

Un futur grand taureau clôture la temporada de Marguerites avec des raseteurs qui ont fait le maximum et des taureaux à revoir en particulier Baliste(Didelot) auteur d'une bonne course et Timoko (Lautier) qui lui rêvait d'en découdre et qui hier valait à lui seul le déplacement. Les arènes de Marguerittes ont tremblé sous l'ovation qui lui a été faite. Un taureau à suivre et à protéger aussi.

Salmé (646) de Didelot-Langlade : un bon premier qui change de terrain, après avoir perdu ses attributs en trois minutes et sa première ficelle la minute suivante. Il signe une belle action derrière Zbiri, utilisant aussi un petit coup de revers. Une bonne course saluée 6 fois.

Aduriz (108) de Caillan : il utilise les angles de la piste, baisse la tête au contact et pointe dangereusement ses cornes. Du coup, il tient 10 minutes ses rubans. Un taureau sérieux, avec une panoplie de cocardier qui rentrera ses ficelles.

Arquet (154) de Guillierme : il est très brave, il sera vite submergé. Pourtant pour ne pas se laisser secouer, il se déplace. C'est normal, il est jeune et il manque encore de rigueur. Des hommes décidés vont le dépouiller en 8 petites minutes.

Ameloun (158) de Guillierme : il sort décidé et il se place dans les angles d'où il surveille tout. Aux attributs, il subit avant de desserrer l'étau. Aux ficelles, il se place à gauche du toril et il sera dur de le déloger. Malgré quelques refus, les hommes n'ont pas pris trop de risques, lui permettant la garde de ses ficelles.

Baliste (049) de Didelot- Langlade : avec un peu plus de métier, il se place, défend ses attributs et signe sur Mateo deux finitions percutantes. Même s'il s'évade parfois, c'est surtout dû à un manque de travail aux ficelles, dont une rentrera, avec un 8ème Carmen et l'appréciation du public. Taureau à suivre.

Timoko (025) de Lautier : d'entrée, il fait savoir qui sera le boss ! Grosse percussion sur Charrade, action derrière Clarion. Cul aux planches, il va dominer, en surveillant et avec un pas de côté, il fait avorter tous les départs. Clarion est enfermé sans pouvoir poser la main et l'arrivée est très limite. Zbiri est rappelé à l'ordre, les primes montent aux glands (il ne perdra que sa cocarde). Rien n'y fait, il termine en apothéose la saison de Marguerittes avec un public debout. Chapeau l'artiste !

Yves Soutoul

Les points au Trophée de l'Avenir : Pradier 19, Zbiri 8, Mateo 6 et Charrade 4.

 

17 septembre 2017 - Lansargues : Gigolo et Robert vainqueurs du jour

 

Lansargues 17Cabochard de Lautier se soulève derrière Robert. Photo Sébastien Gagne.

 

Temps maussade, arènes presque remplies. On commence par une belle capelado (manade Vinuesa, Arlésiennes et Peña Los Marineros d'Aigues Mortes. Cabochard aurait pu prétendre au prix puis en seconde partie, on retient les actions spectaculaires de Gigolo. Côté tenues blanches, le travail est soutenu, un peu trop par moment. Seul le premier taureau rentre ses ficelles. Robert ressort du lot bien secondé à gauche par Yannick Martin et Rassir. A droite, Félix et Castell sont les plus travailleurs ainsi qu'Oudjit qui totalise en nombre de points. Laurier, Meric et Jourdan ne sont pas en reste.

Balaire de Guillerme : le plus jeune du jour (4 ans). Il passe une paire de fois seul en contre piste. Après un début brouillon, il se cale petit à petit à la planche.Vaillant, il répond à tous les rasets, passe le mourre à la barrière à plusieurs reprises et saute après Oudjit et Félix. Dans les dernières minutes, il accuse le coup mais les hommes ne l'ont pas lâché. Il rentre ses ficelles en silence.

Ullin de Plo : en 2 minutes, on passe aux ficelles. Vaillant, placé, il faut aller le chercher. Il se livre plus sur les gauchers. Il pousse ses actions au ras des planches notamment sur Rassir et Robert. Ses ficelles ne tiennent pas longtemps. Elles partent dans les crochets de Oudjit et Rassir. Il rentre à la 8ème en musique.

Cabochard de Lautier : agréable. En 1'30, on est déjà aux ficelles. Les hommes sont décidés et le taureau supporte leur pression. Calmement, il répond aux rasets et il vient passer le mourre à quelques reprises. Il se soulève aux bois après Félix, Jourdan et 2 fois sur Robert. Il réalise une superbe action à la poursuite de Jourdan. Ses ficelles ne tiennent pas le 1/4 d'heure et il rentre à la 10ème avec les honneurs mérités.

Diamont de Chauvet : après l'entracte, les hommes continuent toujours sur le même rythme. Le biou est en manque de pattes. Pas toujours bien placé, il répond aux rasets sans aller jusqu'au bout. Il pointe les cornes à la planche à quelques occasions et réalise de belles anticipations mais trop peu à se mettre sous la dent. Il rentre en 9 minutes en silence.

Jason de Blatière : souvent bien placé, il répond tant bien que mal à tous les rasets. Il faut aller le chercher. Il vient la tête au dessus des bois sur Félix, Jourdan, Robert et Rassir et se soulève sur Oudjit. Les hommes ne lui laissent pas un seul moment de repos et ses ficelles partent dans les crochets de Martin et Oudjit. Il rentre en musique au toril à la 13ème.

Gigolo de Saint Michel : d'entrée, il fait une fusée sur Rassir qui passe sous les pattes et sort sur blessure. Souvent en déplacement, il se livre bien. Sur le raset, il ne pose pas de difficultés et quand il sent l'homme à sa portée, ce n'est pas la même chose notamment sur son adversaire Robert avec lui, il casse les planches et réalise deux belles actions. Il tape aussi derrière Oudjit. Il ne tient pas le 1/4 d'heure et il rentre au bout de 9 minutes en musique.

Libertin de La Galère : très généreux, il ne laisse aucun raset. Il pousse ses actions au ras des planches et tape sur Castell, Laurier et Jourdan. Malheureusement, il ne fera pas long feu et il rentre en rien de temps au toril sous l'air de Bizet.

Sébastien Gagne

 

 

17 septembre 2017 - le Grau du Roi : Pourpier et Zekraoui sont les décorés de 2017

 

20170917 - le Grau - jupiter sur aliaga

Jupiter sur Aliaga. PHOTO B. DUSSERRE

 

La finale du Trophée de la Mer et une des meilleures courses aux As de la saison.

On en avait envie ? Mais oui nous l'avons eu ! La seule ombre était dans le ciel. Le soleil a raté quelque chose ! Car sur le sable de la piste graulène, les estrades ont assisté à une des meilleures courses aux As de la saison. 7 très bon taureaux en pleine forme et 8 raseteurs qui malgré la compétition engagée ont donné tout leur coeur afin que les robes noires illuminent les yeux et les cieux du Grau du Roi.

Alors il est temps de rentrer dans le vif du sujet. Sous la direction de Vincent Ribera Production et le micro de Jacques Valentin, c'est au premier acteur orné du chiffon rouge de faire son apparition:

Blatière Bessac Canio 519 : il est rapidement confronté à la réalité active des peignes. Les rubans s'envolent. Ça pousse fort coté blanc mais Canio reste digne et fier et droit. Et il répond. Il ne va certainement pas démériter et rétorque aux assauts avec fougue jusqu'à ce que Zekraouï lui déroule la seconde bobine. Belle première prestation. Carmen.

Aubanel- Barconcelli Vincent 5108 : la race, la classe, les hommes tentent la pression, il y résiste et reste collé aux planches tel un pur cocardier. Nous sommes tout de même rapidement aux ficelles. Il va orner sa prestation d’accélérations remarquables. Il serre Chekade, anticipe Bénafitou pour le raccompagner puissamment et réitérera au cours de sa prestation. Il rentre nu mais quel beau quart d'heure. Bizet monsieur le président !

Du Rhone Banaru 507 : il enferme le gladiateur Favier d'entrée. Distille de superbes anticipations bien qu'il tende quelquefois à ralentir sur la finition. Il démontre une intelligence de placement indiscutable. Il plonge sur Bénafitou, revient sur Zekraouï et déclenche évidemment un disque qui l'accompagnera lui aussi tout au long de sa démonstration. Musique.

La Vidourlenque Camaï 304 : nous entamons comme pour ses précédents congénères rapidement les pelotes. La pression est forte et le rasets de qualité. Mais il répond présent avec vigueur et anticipation. Il observe, se livre si le jeu en vaut la chandelle et décoche avec intelligence. Se replace et se relance à nouveau. Quel beau moment de tauromachie, quels échanges, quelles réponses! «Bravo Camaï, tu rentres ta seconde avec les honneurs du disque et des estrades».

Des Baumelles Optimus 605 : sous le signe du danger optimal. Les finitions sont à la hauteur et les anticipations « Garlanesques » nous rappellent des souvenirs impérissables . Observateur, « tourneur tu ne sers à rien, c'est l'homme derrière toi que je veux » et il applique cette règle. Percute après le contact du fer, se replace avec intuition. Il conserve une première bobine disputée jusqu'à la der et rentre la seconde applaudie sous Carmen.

Plo Triton 7118 : la fusée du Sambuc. «Si tu es blanc, tu es persona non grata dans ce cercle. Le patron c'est moi. Tu veux en découdre petit homme blanc ? Alors monte à mon frontal si tu le peux. J'observe chaque tentative et je vais me poser aux ficelles. Chose faite». Capable de s'envoler sur l'homme imprudent, il fait face avec fougue et en réponse aux joutes il décoche. Le sablier s'écoule, la bobine grimpe et il se dédouble violemment à gauche. La seconde rentre en pays. Bizet.

Jupiter Lauent : voilà l'atome, l'électron aux finitions atomiques. Ça passe, ça casse, ça s'envole. Les hommes le font briller et il en profite. Écouter cet air que nous aimons tant et qui récompense les joutes engagées, c'est son plaisir et il en profite. Mission accomplie Jupiter, rentre en musique.

Bruno Dusserre

Les points aux As : Cadenas 30,5 - Katif 13,5 - Zekraoui 30,5 - Favier 3 - Benafitou I. 6 - Aliaga 4,5 - Chekhade 10,5 - Errik 15.

 

17 septembre 2017 - Mouriès : Mari Peu et Marignan récoltent les Olives Vertes

 

20170917 - Mouriès - MOURIES LE 17 09 2017-35Mari-Peu de Gillet et Vincent Marignan, les deux lauréats du jour. Photo Michel Naval.

 

Pour la 45ème finale des Olives Vertes, des gradins remplis ont pu assister à une belle course.

La bonne participation des hommes (As : Allam (11pts), Bouharguane (2), Ciacchini (9), Faure (0), Marignan (27), Marquis (0), F. Martin (4), J. Martin (6) et Ouffe (2)) a donné à la course un bon rythme. Marignan, très présent remporte le trophée avec 107 pts, suivi de Ciacchini (58) lui aussi très actif puis Ouffe (22). Mari-Peu, Attila et Arlésien ont été les plus en vue et ont tenu tête aux blancs, c’est le Gillet qui remporte le Trophée.

Marcias (443) de Fabre Mailhan commence cette finale dans un jeu dur. Quand l'homme l’en sort c'est avec une réplique féroce qu'il répond et cède ses rubans en 5mn. Il est ensuite toujours compliqué de le faire démarrer mais Marignan traverse dans la longueur la piste avec le noir dans le dos. Il rentre ses ficelles.

Dynamique, Craponne (419) de l’Occitane change souvent de terrain mais fait face aux blancs et répond avec envie, jouant avec ses grandes cornes et distribue en 5mn ses bijoux. Le noir accepte le rythme des blancs sans toujours être convaincu et sans suivre fort. Les bobines s'épluchent mais rentrent au toril.

Mari-Peu (628) de Gillet veut lui aussi en découdre mais ses réponses en force peuvent surprendre le blanc et les hommes récoltent en 3mn ses cocarde et glands. La pression moindre permet au biòu de se caler et démarrer avec puissance, repoussant avec conviction les assauts du fer jusqu'aux planches qu’il frappe souvent. Marignan à la 13ème récolte la 1ère ficelle. La 2ème rentre avec les gradins et Carmen à Aureille.

Volontaire, Tailleur (943) de Raynaud accepte toutes les sollicitations et sait répondre avec conviction pour céder en 3mn ses attributs. Les blancs hésitent à lancer ce noir très attentif qui sait bondir, suivre avec force et faire des vire-vire jouant sur sa grosse capacité à se retourner. Marignan épluche et croque la 1ère ficelle à la 8ème et décroche la 2ème à la 14ème. Carmen pour sa rentrée.

Sa concentration oblige les tourneurs à sortir le grand jeu pour pouvoir attaquer Attila (634) de Lautier. Il se lance dans une série et cède en 3mn ses bijoux. Ses réponses foudroyantes enchantent Carmen mais font réfléchir les blancs qui cherchent à le surprendre pour le faire démarrer au mieux. En vain, il rentre ses bobines en musique.

En 2mn brouillonne où Arlésien (613) de Chauvet se déplace beaucoup, les blancs récoltent les rubans. Plus stable ensuite, il a des réponses féroces à la planche, jouant souvent des cornes en les tendant pour tenter d'accrocher le blanc. La 1ère pelote est récoltée sur un gros raset de Marignan à la 8ème. Allam le fait rentrer à la 12ème avec Carmen.

Le brutal Marapan (086) de Cuillé (hp) termine la saison mourièsenne dans 12mn de violence, cherchant à en découdre avec tous les blancs. Il vole derrière Ciacchini, les hommes récoltent dans des rasets risqués cocarde et glands. Les pelotes rentrent au toril sur le disque.

Rémi Honoré

 


17 septembre 2017 - Rognonas : Antonio, meilleur taureau

 

20170917 - Rognonas - rognonas le 17 9 20170210hhhhhhhhAntonio (manade F Guillerme) après le raseteur Gaillardet. PHOTO JEAN RAVOUX

 

Les Charretiers pour Gaillardet.

Jour de finale pour le CTPR l'Abrivado de Rognonas. L'apothéose du Trophée des Charretiers, la compétition locale avec un concours de 7 manades. En l'absence de Joey Deslys, en tête, mais blessé, c'est Joan Gaillardet qui s'est imposé, aux points et à l'animation. A la capelado, deux coups de coeur ont été attribués à Rémy Guyon et à Hadrien Poujol, les futurs retraités.... Ils étaient 7 à l'appel de Xavier Ferrand, qui a primé généreusement, mais un peu radin sur les Carmen ! Moine et Guyon ont beaucoup oeuvré, Maurel a levé et Martin-Cocher a effectué des rasets de qualité. Seul Bressy est resté bredouille.

Proposé en entrée, Gambas de Fournier, a été sur le grill illico. Mais il sera trop mobile, acceptant les séries mais n'allant que rarement au bout. Quand il prend l'angle du toril, il se montre plus incisif. Mais son comportement brouillon lui permet de sauver une ficelle.

Le second, Hippias du Rhône se donne avec conviction, participant au jeu. Avec un placement toujours près des planches, il maintient la pression. Ce qui lui permet de rentrer ses bobines et en musique...

Antonio de Guillierme fait montre de beaucoup d'autorité, en utilisant un bon positionnement. Les rubans levés en 5 minutes, aux ficelles le combat n'est plus le même. Il prend deux, trois rasets et il change de territoire. Il va rentrer ses ficelles avec l'air de Bizet... qu'il aurait pu obtenir plus souvent pour sa maîtrise. Il recevra logiquement le prix du jour.

Coutard de Fabre-Mailhan est entré plein de gaz, signant plusieurs séquences toniques. Les attributs partis, il répond à toutes les sollicitations avec beaucoup d'envie. Une ficelle pour Moine et l'autre aux Bernacles, au terme d'une prestation convaincante.

Pecoulé de Lautier est encore un spécimen de cette nouvelle génération. Vif et généreux, avec un peu moins de mobilité, il serait dur à approcher. D'ailleurs, quand il se met devant le toril, il réalise des séries pointues. Et c'est sur la trompette qu'il ne cédera son premier cordon à Maurel. Récompensé 5 fois.

Misti de Blanc est un jeunot de 5 ans, énergique et vigoureux, qui ne se gêne pas pour sauter derrière Guyon, puis Moine. Avec lui, toutes les arrivées sont dans les planches. Il détient des principes qui devraient en faire un taureau de qualité. Ce potentiel évident lui permet de garder ses ficelles.

Hors-Points, Valento de Lagarde met un certain temps à se chauffer. Puis sur des enchaînements sérieux, il va se livrer sans retenue, se dressant derrière Bressy et passant souvent la corne. Tout à la fin, il va réaliser un bond époustouflant sur Bressy qu'il propulse au-dessus du burladero...Prometteur, il va rentrer ses ficelles et sera à revoir avec attention.

Yves Bustin

Trophée de l'Avenir : Gaillardet 12 points.

 

16 septembre 2017 - Saint-Etienne du Grès : Escapaire, un bel espoir du Trident d'Or

 

La 19ème finale du Souvenir Tardieu fut un agréable moment avec la participation des enfants du village à la capelado et à la remise des prix. Une bonne course où l’assiduité blanche a forcé les noirs à s’impliquer. Côté crochets (Espoirs : Bernard (9 pts), Bressy (2), Matéo (8), Michelier (4), Montesinos (6) et Pradier (6) - Maurel (Honneur) et Allam (As)), la locomotive Allam récolte le prix du meilleur raseteur de la saison. Les jeunes Bernard, Matéo, Montésinos et Pradier ont tous participé à la réussite de l’après-midi, le jury a choisi de distinguer Montésinos. Chez les cornes, Gustin fut un bon premier, Escapaire prend l’ascendant de suite et le garde pour ainsi gagner le prix de l’après-midi, Vulcain doit se contenir pour ne pas se consommer inutilement contre les planches.

La nuée des fers se précipite et Gustin (029) de Navarro prend une succession de rasets où il laisse en musique cocarde et glands en 3mn. Le rythme des pelotes permet au noir de se poser, un peu loin des bois, d'où il sait bondir et repousser le blanc jusqu'aux planches et sauve ses bobines en musique. Plongée dans le tourbillon blanc,

Bramabiau (001) des Baumelles chasse dans le cercle et distribue ses rubans en 3mn. S'il peut être attentif et avoir des répliques en force, il se perd au centre de la plage et en contrepiste et il ne suit pas toujours. Pressé il sait faire des séries. Il rentre ses ficelles sur le disque.

Le bramaïre Venturi (261) de Raynaud participe au jeu et cède en 1 grosse minute ses bijoux. Toujours collaboratif, et râleur, le jeune biòu prend de l'assurance et se concentre. Il répond avec envie et résiste aux assauts par de belles répliques et des séries. La 1ère pelote s'épluche, Bernard la croque à la 8ème. Il s'ensable ensuite et rentre sa 2ème bobine avec Carmen.

En se calant d'entrée, Escapaire (150) de la Saliérène oblige les hommes au combat frontal, d'où il peut bondir et suivre avec force ou se lancer dans de gros vire-vire et distribuer ainsi ses rubans en 5mn. Toujours attentif, ses réponses volontaires, féroces et appuyées permettent aux blancs d'entendre de nombreuses fois l’opéra et de récolter ses bobines, à la 8ème pour Pradier, puis à Matéo à la 12ème et Carmen le raccompagne.

Concentré Kaddour (235) du Grand Salan surprend Montésinos et entend Carmen en le coursant jusqu'aux bois. Il cède en 2mn30 ses rubans. Toujours attentif, il sait surgir et poursuit pour taper avec force les barrières. Ses répliques lui permettent de rentrer ses ficelles sur l'air de Bizet.

D'entrée, Vulcain (116) d’Allard frappe plusieurs fois la planche seul puis devient moins flambant et distribue en 2 petites minute ses breloques. Il se retrouve ensuite, se lance dans de belles séries et vient taper les barrières derrière le blanc. La 1ère ficelle s'effiloche et Matéo crochète le dernier brin à la 7ème. Sa méchanceté progresse, il saute derrière Maurel qui le renvoie au toril en musique à la 12ème.

Rémi Honoré

 

16 septembre 2017 - le Grau du Roi : Félix se rapproche des 1000 points

 

20170916 - le Grau - DSC_9403Tatoué (manade Lautier) et Felix : un duo de coriace. PHOTO D. LECLERCQ

 

Une première partie et un Arrogant pour bien finir la seconde.

J.Valentin est au micro, 8 tenues blanches aidées de 4 tourneurs défilent. On retiendra l'envie de Felix qui se rapproche de la barre des mille points, Charrade ne lâche rien tandis que Vic se montre volontaire sans oublier Castell qui nous aura offert de belles courbes. À gauche, Robert mène le train avec à ses côtés Meric et Y. Martin égaux à eux-mêmes, travailleurs et propres mais peu récompensés. Gaillardet en deuxième partie. Chez les noirs la 1ère partie fut sérieuse avec le technique Fougueux, le dangereux Brennus et le sérieux Tatoué. En seconde partie Quintilien a déçu, Belenos est encore vert tandis que St Eloi se montrera trop solide malgré ses finitions. Arrogant a bien fini la course avec ses qualités de barricadier.

Fougueux des Termes : il ne cesse de courir et de chasser les hommes. Une série à la 5e et la bourre pour une ficelle posée où il viendra conclure après Robert qui lève la première ficelle. Nouvelle série à la 8e puis une autre à la 9e où Felix lève la seconde ficelle. Carmen retour.

Brennus de l'Occitane : rapidement, il tape sur Robert puis s'envoie après Castell. Froid et dangereux, il passe la corne après Robert et vient chercher Charrade dans le saut lui déchirant le pantalon. Sur le raset suivant, il conclut sur Felix. Puis il durcit sa course sans oublier de rester criminel comme sur ce coup de barrières après Castell. Sa cocarde coupée rentre au toril en musique.

Tatoué de Lautier : cul aux planches, il annonce la couleur, sérieux, il sélectionne et vient finir sur le marche-pied après Martin pour la cocarde et sur Robert. Il trouve son terrain et garde ses rubans durant 8 minutes. Coup de barrière sur Robert, il est compliqué de le faire démarrer, pourtant il vient frapper après Vic et se dédoubler en s'envoyant au-dessus des barricades après Y. Martin. Une ficelle au toril en silence ?.

Quintilien du Ternen : il concédera ses rubans en 2.30 tout en étant en mouvement permanent avec un Carmen pour avoir ramené Robert au ras des planches. Il se chauffe et tamponne sur Charrade puis perd sa 1ère ficelle à 5.30 au profit de Jonathan Vic. Quelques minutes plus tard à 7.45 de course, c'est Y. Martin qui fera la 2ème. Carmen au retour.

Belenos de Cuillé : c'est un bestiau et la pression ne va pas lui être bénéfique en ce jour. Brave, il démontre une belle vaillance avec sur les départs arrêtés une belle anticipation avec par moments une pointe de finition en passant la tête. Une belle série et Castell laisse la ficelle posée, puis au mérite la lèvera ensuite. Castell pour un beau raset lui fait entendre le disque avant que Felix s'offre la 2ème à la 10e. Musique au retour.

St Éloi de La Galère : solide, il se place et attend puis il alternera de grosses actions barricadières avec des temps où il en laissera passer. Gaillardet trouvera la recette et s’offrira après la coupe sa cocarde à 8.30 ainsi que le 1er gland. De grosses arrivées percutantes après Charrade, Robert, Castell, Felix et Gaillardet pour pas moins d'une quinzaine de coups de barrières, le tout en musique entendue au retour.

Arrogant de Daumas : lui aussi va tamponner une quinzaine de fois, principalement sur les gauchers où il sait finir puissamment. Ses conclusions sont toujours terminées cornes en avant et même à droite avec cette action sur Charrade. Vaillant il concédera sur le fil sa 2ème ficelle. Un retour musical.

Davy Leclercq

Les points à l'Avenir: Felix 16, Gaillardet et Robert 10, Martin 7, Charrade 6, Castell 3 et Meric 1.

 

 

11 septembre 2017 - le Grau du Roi : Dangereux Voltaire, solide Bataclan et spectaculaire Escapa

 

20170911 - Grau du Roi 11Escapa de Renaud Vinuesa sur Enzo Bernard. PHOTO BRUNO DUSSERRE

 

Des arènes bien pleines pour venir assister à cette course à l'avenir dans le cercle graulen et pour Trophée de la Mer...

En invité d'honneur, le mistral fut bien frais qui de par sa force a fait apparaître quelques gilets sur les estrades. Sous l'égide de la Sas Vincent Ribera, Jacques Valentin au micro, alors… Trompette !

Bataclan Occitane 41 : il saute d'entrée après l'homme et passe en contre piste. Il frappe en musique et prouve qu'il est capable de coups d'éclat. Il faut toutefois le canaliser mais la tête passe si le fer vient chatouiller l'attribut. Il rentre ses ficelles sur une musique méritée.

Voltaire des Baumelles 005 : le danger est présent, les afeciouna le savent. Il accélère, poursuit avec sérieux. Observateur et véloce, il ne tarde pas à démontrer sa volonté d'en découdre en accrochant Deslys qui se retrouve propulsé en contre piste par un sérieux coup de corne. ("nous lui souhaitons un prompt rétablissement"). À la reprise, le danger est à nouveau ressenti, les hommes tiennent leurs distances et les tiendront jusqu’à la fin de son quart d'heure. Il rentre en musique son unique ficelle.

Gabin Laurent 813 : au cours des premières minutes, il galope et parcourt le cercle à la recherche d'une sortie. Aux pompons, les hommes le serrent et il tend à s'intéresser à l'échange. Il réalisera un envol sur Michelier pour un quart d'heure terni par ses passages en contre piste. Il rentre sa seconde.

Sultan Vellas 007 : il circule et chasse au cours des rubans. Il tend tout de même à se caler pour organiser la défense de ses pelotes. Il sélectionne, nous prodigue quelques percussions musicalement accompagnées. Mais, c'est la foire d'empoigne à la première. Heureusement Chekade vient solder les assauts. Il rentre nu avec courage et musique.

Pivert Layalle 901 : c'est un rapide. Mais les premiers attributs sont rapidement emportés par le mistral blanc. Il se déplace, se replace et attend la foudre avec attention. À la seconde, il opère la tactique du centre ou de la mi-piste pour observer les hommes en réalisant des 180° degré. Bernard volontaire s'engage, sur tous les attributs mais la seconde rentre. Musique.

Escapa Vinuesa Renaud 065 : du sérieux. Il percute d'entrée et n'a aucune intention de se laisser dominer. La corne passe pour toucher et il va falloir se livrer avec attention dés les rubans. Bernard en forme l'entraîne à plusieurs reprises et il répond avec caractère et traverse les bois. Il rentre sa seconde en musique au Cailar.

Clanclan Laurent (HP) : il s'envole par deux fois sur Charrade. Bernard décidément motivé s'y jette aussi, ce qui nous livre de belles actions pour cette fin de course. Il percute, s'envole et rentre les bobines en musique.

Bruno Dusserre

Trophée de l'Avenir : Bernard 17, El Mahboub et Gaillardet 9, Michelier 7, Charrade 6, Deslys 4.

 

15 septembre 2017 - le Grau du Roi : Le Trophée de la Mer

 

20170915 - le Grau - talleyrand sur felixTalleyrand (manade du Joncas) et Felix. PHOTO B. DUSSERRE

 

Une course agréable dans l'ensemble.

Nous voici en place pour cette 3e journée du Trophée de la Mer concernant les courses à l'avenir. Les hostilités vont rapidement être lancées. Sous l'égide de Vincent Ribera Production c'est Jacques Valentin qui, chargé de la présidence, ouvre le compétition.

Du Joncas Talleyrand 629 : les rubans sont rapidement aux quatre vents. Nous sommes rendus aux ficelles. Et là ! Ça rasète et il rétorque. Volontaire, il finit par passer la tête, poser le pied et envoyer la corne. Il ne reste que 10 minutes mais vraiment plaisantes. Carmen.

Cavallini Laurent & Laura Frigolet 625 : les premiers attributs dans les fers, il répond et se lance dans de jolies séries musicalement accompagnées. Mais à la première bobine les difficultés commencent pour les hommes et s'intensifient à la seconde qu'il défend avec vigueur. Il la rentre en musique.

Chauvet Caraque 917 : il est doté d'une belle accélération, volontaire et capable de jolies finitions il honore tous les passages avec coeur jusqu'à la der. Il rentre sa seconde applaudis en musique.

Nicollin Bayard 973 : c'est la reprise, les hommes s'activent mais il ne s'incline pas et se jette dans les échanges qui lui sont proposés pour conserver ses rubans. Il raccompagne Félix, enchaîne sur Chekade. Il vient toutefois plus fort à droite et cède sa seconde à la 12ème et il rentre sur Bizet.

B. Lautier Desigual 912 : il chasse les hommes et passe en contre piste. Pourtant, ses accélérations sont fulgurantes et les blancs tentent de le serrer dans des séries où il peut s'exprimer. Il a du mal à se fixer et fait de temps à autre un certain manque d' intérêt. Les ficelles rentrent en musique.

JC Blanc Pourpre 117 : il circule beaucoup, mais, fer au frontal il peut finir fort et emboîter l'homme avec sérieux. Il répond avec envie à une série engagée et se bonifie au fur et à mesure de sa prestation. Il rentre nu dans la der mais en musique.

Rouquette Neptune 201 : il sort en hors points. Et c'est le sang qui parle. Fougueux et plein de vie, il passe les planches avec aisance et percute lorsqu'il poursuit. Les envols sont au rendezvous si le fer vient au frontal. Un taureau à revoir certainement, car la fougue de sa jeunesse et son sang l'incite à l'action. Carmen.

Bruno DUSSERRE

Les points au Trophée de l'Avenir : El Mahboub Youssef 6, Felix Vincent 14, Robert Geoffrey 8, Gaillardet Joan 4, Charrade Antoine 14, Meric Marvin 3 et Bernard Enzo 2.