20170917 - Mouriès - MOURIES LE 17 09 2017-35Mari-Peu de Gillet et Vincent Marignan, les deux lauréats du jour. Photo Michel Naval.

 

Pour la 45ème finale des Olives Vertes, des gradins remplis ont pu assister à une belle course.

La bonne participation des hommes (As : Allam (11pts), Bouharguane (2), Ciacchini (9), Faure (0), Marignan (27), Marquis (0), F. Martin (4), J. Martin (6) et Ouffe (2)) a donné à la course un bon rythme. Marignan, très présent remporte le trophée avec 107 pts, suivi de Ciacchini (58) lui aussi très actif puis Ouffe (22). Mari-Peu, Attila et Arlésien ont été les plus en vue et ont tenu tête aux blancs, c’est le Gillet qui remporte le Trophée.

Marcias (443) de Fabre Mailhan commence cette finale dans un jeu dur. Quand l'homme l’en sort c'est avec une réplique féroce qu'il répond et cède ses rubans en 5mn. Il est ensuite toujours compliqué de le faire démarrer mais Marignan traverse dans la longueur la piste avec le noir dans le dos. Il rentre ses ficelles.

Dynamique, Craponne (419) de l’Occitane change souvent de terrain mais fait face aux blancs et répond avec envie, jouant avec ses grandes cornes et distribue en 5mn ses bijoux. Le noir accepte le rythme des blancs sans toujours être convaincu et sans suivre fort. Les bobines s'épluchent mais rentrent au toril.

Mari-Peu (628) de Gillet veut lui aussi en découdre mais ses réponses en force peuvent surprendre le blanc et les hommes récoltent en 3mn ses cocarde et glands. La pression moindre permet au biòu de se caler et démarrer avec puissance, repoussant avec conviction les assauts du fer jusqu'aux planches qu’il frappe souvent. Marignan à la 13ème récolte la 1ère ficelle. La 2ème rentre avec les gradins et Carmen à Aureille.

Volontaire, Tailleur (943) de Raynaud accepte toutes les sollicitations et sait répondre avec conviction pour céder en 3mn ses attributs. Les blancs hésitent à lancer ce noir très attentif qui sait bondir, suivre avec force et faire des vire-vire jouant sur sa grosse capacité à se retourner. Marignan épluche et croque la 1ère ficelle à la 8ème et décroche la 2ème à la 14ème. Carmen pour sa rentrée.

Sa concentration oblige les tourneurs à sortir le grand jeu pour pouvoir attaquer Attila (634) de Lautier. Il se lance dans une série et cède en 3mn ses bijoux. Ses réponses foudroyantes enchantent Carmen mais font réfléchir les blancs qui cherchent à le surprendre pour le faire démarrer au mieux. En vain, il rentre ses bobines en musique.

En 2mn brouillonne où Arlésien (613) de Chauvet se déplace beaucoup, les blancs récoltent les rubans. Plus stable ensuite, il a des réponses féroces à la planche, jouant souvent des cornes en les tendant pour tenter d'accrocher le blanc. La 1ère pelote est récoltée sur un gros raset de Marignan à la 8ème. Allam le fait rentrer à la 12ème avec Carmen.

Le brutal Marapan (086) de Cuillé (hp) termine la saison mourièsenne dans 12mn de violence, cherchant à en découdre avec tous les blancs. Il vole derrière Ciacchini, les hommes récoltent dans des rasets risqués cocarde et glands. Les pelotes rentrent au toril sur le disque.

Rémi Honoré