20170917 - le Grau - jupiter sur aliaga

Jupiter sur Aliaga. PHOTO B. DUSSERRE

 

La finale du Trophée de la Mer et une des meilleures courses aux As de la saison.

On en avait envie ? Mais oui nous l'avons eu ! La seule ombre était dans le ciel. Le soleil a raté quelque chose ! Car sur le sable de la piste graulène, les estrades ont assisté à une des meilleures courses aux As de la saison. 7 très bon taureaux en pleine forme et 8 raseteurs qui malgré la compétition engagée ont donné tout leur coeur afin que les robes noires illuminent les yeux et les cieux du Grau du Roi.

Alors il est temps de rentrer dans le vif du sujet. Sous la direction de Vincent Ribera Production et le micro de Jacques Valentin, c'est au premier acteur orné du chiffon rouge de faire son apparition:

Blatière Bessac Canio 519 : il est rapidement confronté à la réalité active des peignes. Les rubans s'envolent. Ça pousse fort coté blanc mais Canio reste digne et fier et droit. Et il répond. Il ne va certainement pas démériter et rétorque aux assauts avec fougue jusqu'à ce que Zekraouï lui déroule la seconde bobine. Belle première prestation. Carmen.

Aubanel- Barconcelli Vincent 5108 : la race, la classe, les hommes tentent la pression, il y résiste et reste collé aux planches tel un pur cocardier. Nous sommes tout de même rapidement aux ficelles. Il va orner sa prestation d’accélérations remarquables. Il serre Chekade, anticipe Bénafitou pour le raccompagner puissamment et réitérera au cours de sa prestation. Il rentre nu mais quel beau quart d'heure. Bizet monsieur le président !

Du Rhone Banaru 507 : il enferme le gladiateur Favier d'entrée. Distille de superbes anticipations bien qu'il tende quelquefois à ralentir sur la finition. Il démontre une intelligence de placement indiscutable. Il plonge sur Bénafitou, revient sur Zekraouï et déclenche évidemment un disque qui l'accompagnera lui aussi tout au long de sa démonstration. Musique.

La Vidourlenque Camaï 304 : nous entamons comme pour ses précédents congénères rapidement les pelotes. La pression est forte et le rasets de qualité. Mais il répond présent avec vigueur et anticipation. Il observe, se livre si le jeu en vaut la chandelle et décoche avec intelligence. Se replace et se relance à nouveau. Quel beau moment de tauromachie, quels échanges, quelles réponses! «Bravo Camaï, tu rentres ta seconde avec les honneurs du disque et des estrades».

Des Baumelles Optimus 605 : sous le signe du danger optimal. Les finitions sont à la hauteur et les anticipations « Garlanesques » nous rappellent des souvenirs impérissables . Observateur, « tourneur tu ne sers à rien, c'est l'homme derrière toi que je veux » et il applique cette règle. Percute après le contact du fer, se replace avec intuition. Il conserve une première bobine disputée jusqu'à la der et rentre la seconde applaudie sous Carmen.

Plo Triton 7118 : la fusée du Sambuc. «Si tu es blanc, tu es persona non grata dans ce cercle. Le patron c'est moi. Tu veux en découdre petit homme blanc ? Alors monte à mon frontal si tu le peux. J'observe chaque tentative et je vais me poser aux ficelles. Chose faite». Capable de s'envoler sur l'homme imprudent, il fait face avec fougue et en réponse aux joutes il décoche. Le sablier s'écoule, la bobine grimpe et il se dédouble violemment à gauche. La seconde rentre en pays. Bizet.

Jupiter Lauent : voilà l'atome, l'électron aux finitions atomiques. Ça passe, ça casse, ça s'envole. Les hommes le font briller et il en profite. Écouter cet air que nous aimons tant et qui récompense les joutes engagées, c'est son plaisir et il en profite. Mission accomplie Jupiter, rentre en musique.

Bruno Dusserre

Les points aux As : Cadenas 30,5 - Katif 13,5 - Zekraoui 30,5 - Favier 3 - Benafitou I. 6 - Aliaga 4,5 - Chekhade 10,5 - Errik 15.