Tardieu 1

Tardieu 2

Tardieu 3

Avec l’automne, reviennent les traitements sanitaires, les prophylaxies, les bêtes d’Alain et de Loulou Tardieu n’y échappent pas…. C’est aussi l’heure de faire le bilan…. 2017 aurait put être l’année pour l’élevage d’Alain et Frédérique Tardieu si les empresas leurs avaient ouvert un peu plus leur porte…. Il est vrai que le bilan est plus que positif pour les porteurs de la devise « blanc-or-vert », une camada 2017 assez fournie en utreros et au potentiel conséquent…. A Millas pour la novillada-concours, c’est "Borracho", l’exemplaire d’Alain et Frédérique Tardieu, crédité d’une vuelta posthume, qui a remporté le trophée au meilleur novillo, laissant ses deux oreilles à Jorge Isiegas…

« Aussi pour l’instant ce sont les seuls avec Bouillargues à nous avoir recontacté pour l’an prochain… »

Un peu trop sérieux même le lot pour Arles, début septembre avec trois becerros forts et encastés, trop compliqués pour des becerristas trop inexpérimentés… Mais le point d’orgue de la temporada viendra d’Espagne, ou après une corrida de très bonne tenue du fer de Tardieu Frères à Barbastro, c’est à Mejorada del Campo (Madrid) que la ganaderia d’Alain Tardieu s’est particulièrement illustrée après avoir couru l’encierro matinal.

Le novillero franco-mexicain André Lagravere "El Galo" est sorti a hombros des arènes de la cité madrilène, après avoir coupé une oreille à chacun de ses adversaires avec forte pétition de la seconde au dernier. Des novillos bien présentés et de jeu varié, bravitos et noble à divers degrés, meilleur le cinquième, N°39, honoré d’une vuelta al ruedo à l’arrastre. Le rejoneador, lui ne put profiter de son excellent novillo à cause d’une farpa initiale très mal placée quant à D. Dominguez il fut surtout fatal avec les épées…. Et là aussi un retour est envisageable.

Les toros et novillos français s’exportent bien en Espagne. Après Marie Sara, JL Darré, les frères Gallon, vous, comment se fait-il qu’en France les organisateurs sont plus réticents ?

-« D’abord il n’y a plus beaucoup de novilladas, piquées ou non… une baisse bien plus conséquente par chez nous. Dans le sud-ouest, ils ont certes leurs élevages, mais la plupart des courses se font avec des ganaderias espagnoles….Salamanca n’est pas très loin… Il est plus chicos aussi pour les membres des commissions taurines d’aller voir et revoir les lots en Espagne qu’en Crau…. Et pour les grandes ferias, à par Arles, la boucle est vite bouclée si tu n’es pas organisateur ou dans le circuit des grandes empresas…»

Pour Alain Tardieu, comme beaucoup d’autres éleveurs français, ce sont soit des lots recomposés, soit des concours ou des competencias qui leur sont proposés… « Les organisateurs essayent d’attirer les aficionados, une novillada-concours offre, c’est vrai une diversité d’encaste, ce qui peut être bien pour le spectacle, et pour d’autre, ça leur permet aussi d’avoir bonne conscience en t’ayant programmé… Pour nous l’ideal serait de pouvoir faire combattre deux novilladas complètes par an… Mais bon ! »

Mais quand après avoir gagné la « concours » de Millas, un élevage est egalement primé, en non piquée certes mais avec du sérieux, comme à Bouillargues, c’est plus qu’encourageant pour l’avenir….

La traditionnelle novillada de La Embestida avait présenté six becerros très bien présentés de six élevages français avec un physique et un comportement varié, supérieurs ceux de Rafi Durand et surtout d’Alain Tardieu, les prix allant fort justement à son novillo, « Lunero », brave, noble avec beaucoup de présence et de transmission, ne laissant passer aucune faute…..

Ces résultats vont-ils changer le cours des choses pour les éleveurs de Mas-Thibert...

-« Bien sûr que….non. Si tu sors mal on ne te fait pas de cadeaux et si tu sors bien on fait comme si de rien n’était. Mais c’est ainsi depuis longtemps et ce n’est pas prêt de changer. »

Leurs erales sont aussi pas mal courus pour les divers festejos et bolsins des écoles taurines de la région, du bétail de sang Nuñez dont on commença à parler lorsqu’un becerrista dejanté, un soir de juillet 1992, avait fait se lever les arènes d’Arles et gracier un becerro d’Alain et Frédérique Tardieu, baptisé, du coup, Yanito, du nom de cet aspirant novillero promis à un bel avenir mais qu’un impresario peu scrupuleux de Gerona à surtout aider à ce qu’il finisse dans la rue…. Ces Nuñez là étaient issus de vaches et de sementales achetés à José Luis Pereda, trois ans auparavant et installé au Mas des Bruns à Mas Thibert, à deux pas de la Cour des Bœufs, berceau des Tardieu

Après Yanito, c’est de Pistolero N°25 Prix du meilleur toro à Saint Martin de Crau en mars 1996 dont on se souviendra et le 24 avril 2010 toujours à Saint-Martin-de-Crau, c’est "Sabanero", n°37, qui sera gracié par Esaú Fernández.

Aujourd’hui quand est-il du sang Nuñez dans l’élevage… Pas d’apport en cours de route. « C’est toujours la même origine, une encaste qui me convient et qui épice un peu les courses. Pas toujours simples avec parfois un fond de mansedumbre mais avec de l’ardeur au combat. Et en face il n’y a pas souvent le novillero capable de les comprendre et de les soumettre…J’ai plusieurs lignées mais toutes descendent des Pereda…. Je vais faire un essai avec un semental d’une autre origine, histoire de voir un peu mais ça restera dans le domaine de la curiosité. Au début après on peut voir… »

Avec une paire d’amis, les frères Tardieu soignent leurs bêtes et aident le vétérinaire de turno, les jeunes vaches étant moins faciles à maitriser que leur ainée…. D’autant que les règles sanitaires compliquent le travail et augmentent les coûts….

-« Pour s’en sortir correctement, il faudrait pouvoir vendre nos toros à leur juste prix mais pour nous c’est impossible, on doit subir les aléas d’un marché guère florissant.. »

Après une belle campagne 2017, y a-t-il des touches sérieuses pour la temporada 2018 ?

-« A part Millas et Bouillargues, comme je le déjà dis, pour le reste c’est comme les autres années, on espère…. Et on espère encore et toujours mais il faut avoir une sacré passion pour y croire encore…"

Avec l’automne reviennent les éternelles interrogations sur cette prochaine temporada qui éclora au printemps… Des rêves d’hiver qui se consumeront ou bien qui se réaliseront aux brulures de l’été.

Thierry Llopir