Hommage à Pierre Aubanel

 

Par sa composition, cette première course Beaucairoise à depuis quelques années une connotation baroncellienne. Une race identifiée par son côté spectaculaire. Ce 15 avril, on devait fêter un double anniversaire : Les 50 ans de la manade ainsi que les 80 ans de Pierre Aubanel, petit fils du Marquis de Baroncelli.

Or les choses de la vie en ont décidé autrement. Dans l’hiver, Pierre Aubanel nous a quittés. La fête s’est transformée en commémoration. C’est Bérenger Aubanel qui, ce dimanche, rendra hommage à son père en prélude de la course à partir de 14 h 45.

Bérenger Aubanel par divers tableaux (carrousel de cavalières, Abrivado en piste et saut de cheval à taureau) dévoilera ce que fut l’œuvre de son père qui émancipa le « taureau de rues » dans tous les villages de la région.

Après cette solennelle introduction débutera un concours de 6 manades axé sur l’effet spectaculaire.

Même si la manade Lautier qui présentera en première position GERMINAL n’a pas du sang direct de Baroncelli, en grattant un peu on y revient toujours. Car VOVO le célèbre étalon d’Aubanel a propagé son ADN dans tout le cheptel camarguais. D’ailleurs GERMINAL n’est-il pas capable de belles finitions !!! Ce qui est rare pour un premier…

Avec ESCOBAR de Bon on entre directement dans le thème. Cet énorme animal fait sa première dans une grande piste. Fantasque au possible il frappe, désinvolte, un nombre impressionnant de fois.

C’est ANGORA d’Aubanel qui remplace VINCENT boiteux. Début à responsabilité pour ce taureau que Bérenger Aubanel veut propulser au-devant de la scène.

La quatrième position de MARQUIS de Ricard est assez inattendue. Mais la décision des frères Guillot de faire avancer leur cocardier à cette place se justifie par le manque d’empressement que manifestent les raseteurs face à MARQUIS qui par ses déplacements, son sens de l’anticipation et ses hautes arrivées ne trouve par le travail nécessaire pour son plein accomplissement lorsqu’il sort en fin de course.

HÉLIAS de Blatière fait lui aussi un passage test, son côté batailleur dans la planche et sa méchanceté sur les reprises. Arriveront-elles à s’exprimer dans le grand ovale Beaucairois ? Les frères Bessac espèrent beaucoup en ce nouvel élément.

Et revoici ABSOLUT de Ricard. Taureau éternellement immature, au comportement déraisonné traduit par des bourrasques contre et au-dessus des barricades qu’il défonce parfois… On est toujours dans l’expectative face à cet énorme taureau baladant sa carcasse comme un fauve furieux…

On termine le tout avec MARENGO de Vellas. Unicornu qui fait sa présentation ici. À l’affût, presque négligeant, avec son positionnement décalé, MARENGO n’en est pas moins une brute qui se donne à corps perdu sur la fin des rasets et devrait somme toute terminer cet après-midi en apothéose.

Le choix des raseteurs devient, en cette période critique de la course camarguaise, aussi compliqué que celui des cocardiers. Le sentiment de Daniel Simeon est inspiré par le déséquilibre persistant qui existe entre le trop et le pas assez. Trop de rasets face aux taureaux faciles. Pas assez sur les taureaux difficiles. Le manque de responsabilisation de certains et l’implication négative de tous rendent parfois le spectacle insipide. Il convient donc de motiver une équipe qui soit en adéquation avec les taureaux à l’affiche. En l’absence de Joachim Cadenas jusqu’au mois de juin, il faut trouver qui saura mettre en valeur les qualités de chaque cocardier. Ce n’est pas en effectuant un nombre considérable de rasets qu’on sert une course ni en travaillant à la reprise. Pour cette course baroncelliene il convenait de faire appel à des garçons qui savent prendre des risques, qui trouvent un enjeu à partager leur ambition avec le public, qui satisfassent le spectacle. Les jeunes sont indiqués pour un tel défi. On verra ce dimanche à Beaucaire les téméraires Yassin Naïm et Joe Deslys jouer leur réputation et pourquoi pas conquérir le grand public. A droite Stéphane Dunan excellent la semaine dernière à Sommiéres a envie de percer, d’exprimer son désir de se faire un prénom. Ces trois-là ont une carte à jouer dans la grande arène de Beaucaire. Illias Bénafitou a lui aussi à cœur de séduire le public Provençal. Comme Dunan il reprend après une opération hivernale à la hanche et comme lui, il va s’évertuer à satisfaire l’assemblée. Des promesses encadrées par les piliers de la piste, Chekade - en grande forme en ce début de saison - Ciacchini, Bouharguane et Allam.

Ce dimanche c’est le premier grand rendez-vous de la saison 2018. Les aficionados devraient s’y retrouver en nombre et en sortir comblés…

Toujours en hommage à Henri Aubanel l’abrivado après la course partira du toril et chose rare traversera toute la piste…

 

Le programme du dimanche 15 avril 2018 aux arènes de Beaucaire :

14 h 45 Hommage à Pierre Aubanel par Bérenger Aubanel

Carrousel de cavalières

Abrivado en piste

Saut de cheval à taureau

15 h 30 Première journée du Gland d’Or souvenir François Canto (entrée générale 11 €)

GERMINAL de Lautier - ESCOBAR de Bon - ANGORA d’Aubanel - MARQUIS de Ricard - HÉLIAS de Blatière - ABSOLUT de Ricard - MARENGO de Vellas

Raseteurs : DUNAN Stéphane - CIACCHINI Jérémy - ALLAM Fayssal - DESLYS Joe - BÉNAFITOU Illias - NAÏM Yassin - CHEKADE Amine - BOUHARGUANE Jamel

Après la course bandido départ du toril

Daniel Siméon