Des cornus braves

Dans cette piste pas facile avait pris place 1/4 d'arènes. Chez les blancs, un quarté s'est mis en évidence : Deslys qui a frôlé deux fois la cornada, Bressy, Montesinos et Meric. Du coté des noirs, seul Sarragan de Lautier ressort de ce lot qui n'a posé aucun problème et pourtant un seul est rentré dénudé. Il a juste manqué un zeste de passion.

BOULAGNE (016) de Félix : un très beau taureau qui a su se servir des dimensions et des angles de la piste. Il va y balader les blancs avec une grosse mobilité tout en répondant avec franchise aux rasets consentis. Deslys fait jouer la musique et il va rentrer une ficelle en fanfare déjà obtenue 3 fois en course.

VALESCURE (021) de Saint-Pierre: toujours en mouvement, il envoie une corne dangereuse surtout aux abords des planches. 6 minutes pour les pompons. A partir de là, il se calme et mieux placé, il s'améliore. Puis sa course diminue d'intensité car le travail est moins intense. Une belle action sur Deslys mais il sauve ses ficelles et sera à revoir.

BECASSIER (759) de Lautier : en 1 minute, on passe aux ficelles avec sa bravoure. Les séries lui plaisent et il y montre sa vaillance. Deslys, Bressy, Gros et Montesinos lui font entendre la musique. Avec une bonne tenue de piste et un fonds inépuisable, il fournit une course complète. Sur une action, il coince le pied de Deslys qui reviendra après la pause. Il rentrera une ficelle avec un 6ème Carmen.

BOUILLARGUAIS (852) de Félix : Joey revient décidé et le taureau se montre disponible et en 3 minutes on passe aux ficelles. Bressy parti à la faute traverse toute la piste main sur le frontal et le taureau n'en profite pas. Deslys, Bressy ou encore Montesinos le font briller et il rentre dépouillé à la 13ème.

PANISSE (261) du Juge: le comportement d'un taureau qui ne sort pas. Des sauts sans raison  (7 ) . Il baisse la tête au contact et il signe quelques belles répliques. Il tient 9 minutes ses rubans. Il montre des qualités mais il demande à être revu car trop de temps morts ont émaillé sa prestation. Les ficelles à la manade.

FABRÉ (125) de Saint-Pierre: un grand bannu aux cornes effilées avec du répondant, qui enferme aussitôt Deslys. Au bout d'une grosse série, il perd ses gros attributs. Après un durcissement de son jeu, il va s'envoler sur Gros et Montesinos. Il lui manque un peu de tenue mais il a de l'avenir. Quand il sent l'homme dans sa mire, il vient au bout et parfois même au-delà. 4 fois la musique plus retour avec ses ficelles.

SARIGAN (054) de Lautier : rapide, il parcourt la piste dans tous les sens, sautant 2 ou 3 fois emporté par son sang généreux. Mais quand il se pose, ses répliques sont vigoureuses et il accroche Deslys en pleine piste qui passe sous ses sabots (que des contusions). Arrêté, il se dédouble dans les reprises venant au terme en finissant fort (Montesinos ). 4 Carmen et au retour fort applaudi. A revoir.

Yves Soutoul