Il y a quelques jours, le nouveau président de la FFCC, Jean-Marc Soulas a convié la presse à une conférence pour expliquer les raisons de son arrivée à la tête de la Fédération.

Il a tenu à préciser qu'il a été élevé dans un milieu taurin depuis sa jeunesse. Il a été emmené par son père dans les grandes arènes que ce soit Lunel, Chateaurenard ou encore les Saintes. Puis, il intègre la direction des arènes de Nîmes, hors tauromachie aux côtés de Jean Lafont et ce durant 25 ans. Vice-président de Nîmes Métropole en charge des traditions, il a quitté ce poste pour intégrer le Comité Directeur de la Fédération, d'abord avec G. Batifort puis avec Jacques Mailhan dès la mise en place du groupe de travail. Et il rentre sur la liste d'Hadrien Poujol. A la suite de la démission de ce dernier, il accepte de devenir le nouveau président. Il précise que la Fédération devra se rappeler des actions de toutes les collectivités en 2016 pour sortir de l'ornière. "C'est un challenge qui me plaît" précise t-il.

3 mots pour 3 axes: crédibilité, reconnaissance et travail. Et l'intégralité du projet Poujol sera appliquée.

Le projet sportif sera à pérenniser.

La nomination d'un CTS (Cyril Garcia), les courses de taureaux jeunes en promotion, se rapprocher des jeunes pour leur faire connaître la course camarguaise ainsi que des projets avec la communauté de communes des Alpilles, le Pont du Gard ou encore Avignon Tourisme.

La création d'un magazine renforce le lien avec les licenciés. Le rapprochement avec l'UNESCO continue avec le taureau, le cheval, le costume et la langue.

Mais le développement majeur reste le plan économique. La Fédération a besoin de ses propres ressources qui sont dissociées des subventions soumises à des projets.

Une commission permanente a été mise en place avec toutes les parties prenantes de la course camarguaise : manadiers, raseteurs, clubs taurins, directeurs d'arènes, présidents de course. Avec un superviseur médiateur et des réunions mensuelles ayant pour but une convergence à la fin de l'année afin de pouvoir présenter un consensus au prochain Congrès. Et tirer la FFCC vers l'excellence. Les acteurs seront les maîtres d'œuvre afin de défendre la corporation. Et même si le Trophée Taurin est sur les rails, ce ne fut pas dans les meilleures conditions.

Enfin, le dernier volet, c'est la formation des jeunes et des cadres et préparer les sportifs de demain est un chantier important. Car la course camarguaise est un sport traditionnel avec un agrément ministériel. Ce qui tient à cœur à Mr Soulas est ce projet de formation pour mettre le taureau en valeur. A la rentrée de septembre, une section course camarguaise sera créée au Lycée Ampère d'Arles avec 15 garçons...et 6 filles.

Un pôle ligue sera mis en place avec les meilleurs stagiaires. Avant de se quitter, le président a laissé la parole à Florent Lupi, Francis Trinquier et Frédéric Niguet qui ont tous rappelé la volonté d'être unis et de tendre vers la réalisation des divers projets.

Yves Bustin