DSC_0057

DSC_0152

DSC_0251

Le trophée Pierre Pouly a été attribué à Maxime Solera qui a coupé trois oreilles pour son retour dans les ruedos après ses blessures. El Rafi, sans une seconde mise à mort ratée aurait pu tout autant y prétendre. Quant à A. Adame, s’il ne s’entendit qu’a moitié avec son 1er, il toucha le garbanzo negro de la course, le 5° qui ne décolla pas des planches, laissant une belle competencia entre le torero de Fos/mer et le nîmois. Si les deux novilleros français ont été particulièrement à la fête, ils le doivent en grande  partie à un lot de novillo de grande qualité, excepté le 5°, le 3eme lui,  N°8, étant honoré d’un tour de piste posthume.

Six novillos donc des héritiers de Philippe Cuillé, bien présentés, donnant un jeu excellent, surtout à la muleta, un peu juste de forces les deux premiers, meilleurs les 4° bis, 6eme et surtout 3eme, regrettant que le 4eme titulaire  est été changé pour s’être cassé une corne en tapant au burladero. Coté piques ce fut plus leger mais avec de bons principes pour la plupart

-Maxime Solera (vert anglais et or) Deux oreilles et oreille après avis

-Alejandro Adame (fushia et or) Salut après avis et silence après avis

-Raphael Raucoule ’’El Rafi’’ (canne et or) Deux oreilles après avis et salut après avis.

Pst : A. Cervantes, un tiers d’arenes massé à l’ombre. Remise des prix en piste avant la sortie en triomphe des trois cités dans le titre.

Retour gagnant pour Maxime Solera qui arriva à Istres plus decidé que jamais. Il s’entendra très bien avec le noble mais fade premier par manque de force, qu’il reçut au centre du ruedo, lui servant une faena larga, allurée et bien construite et finissant d’une estocade sans la muleta efficace… Il ira ensuite deux fois a puerta gayola attendre les deux 4eme. La encore il composera un trasteo de qualité surtout à droite, l’autre corne exigeant plus d’efficacité, ce qu’il fit, en tirant le meilleur parti malgré un novillo qui baissa de ton en fin de parcours. Final par une estocade al recibir.

A. Adame eut du mal a trouver le bon sitio face au second, noble mais aux charges un peu désordonnées et qu’il occit de deux épées de gendarme et de plusieurs descabellos. Il ne put rien face à son second qui garda les bordures et qui pourtant au debut permit au mexicain de beaux lances de cape et un quite par zapopinas y faroles.

El Rafi a touché le Cuillé de la course qui prit fort bien ses deux piques et devant lequel il a répondu présent au trois tercios avec allure et variété, même s’il eut un peu de mal a réciter ses gammes parfumées face à la caste de son adversaire. Echange de quite avec M. Solera avec réponse par lopecinas avant un excellent tercio de banderilles et un excellent début de faena à genoux. Une superbe épée lui vaudra la sortie en triomphe. La même épée qui le privera de récompenses après s’être montré à nouveau plus qu’à son avantage face au dernier, mansote, le nîmois allant à mas avec le novillo jusqu’à l’estocade qu’il tenta deux fois al recibir avant de pincher deux fois aussi….

Llopir